Curry Japonais

curry à la japonaise

curry à la japonaise

Voici un plat qui vous apportera tout le réconfort nécessaire pour traverser ces premiers mois frigorifico-humides de l’année.

Le curry qui ne l’était pas

Oubliez le lait de coco & les épices ! Le « curry » (prononcer « calai ») japonais a, à vrai dire, très peu de chose en commun avec son cousin thaï, mis à part le nom. C’est une sorte de ragoût avec une sauce foncée et nappante qui enrobe de gros et savoureux morceaux. Il s’agit d’un plat très populaire au Japon, et qui se déguste principalement en hiver. Il figure à la carte de toute izakaya (bistrot version japonaise) et au même titre que des sushi-ya (restaurant sushis) il existe des curry-ya, spécialisées dans la préparation de ce plat sous plusieurs formes.

On le sert toujours de la même manière : le riz d’un côté, et la garniture de l’autre. Parfois, le riz est enrobé dans une grosse omelette bien dodue. C’est le plat réconfortant par excellence, dont tout l’intérêt réside dans la sauce. Celle-ci se confectionne à partir d’un mélange déjà préparé dont la recette précise est tenue secrète. Toutefois, il est possible de préparer un équivalent maison avec les ingrédients du placard…

Des invités inattendus

L’une des bottes secrètes de ce plat vient de la présence d’un ingrédient tout à fait inattendu : la poudre de cacao amer. Dans le plat final, elle très difficile de la déceler, mais elle apporte une dimension supplémentaire au plat, une profondeur très umami. Le cacao est du reste bien connu des cuisiniers pour apporter de la rondeur à leurs plats salés. On l’utilise notamment dans la cuisine salée mexicaine, et son fameux « Mole Poblano », poulet au chocolat. De même pour le carré de chocolat glissé dans la sauce veneur.

Le second secret réside dans la compotée d’oignons caramélisés dont on se sert pour fabriquer la sauce. Et si on utilise une farine semi-complète, on obtient un plat extrêmement sain et réconfortant. Enfin le troisième est la pomme que l’on ajoute râpée à la sauce : elle apporte une touche sucrée et sa matière onctueuse légèrement granuleuse à la sauce.

Ici nous vous proposons une version végétarienne, à varier selon les envies et les ingrédients du placard ! Pour une version sans gluten, on peut remplacer la farine de blé par de la farine de riz semi-complète.

curry à la japonaise
curry à la japonaise

La recette du Curry japonais

Proportions : 4 personnes

Temps de préparation : 30 min

Temps de cuisson : 40 min

Ingrédients : 3 carottes, 250g potimarron (1 quart), 3 pommes de terre, 1 navet, 1 poireau, 1 cuil. à soupe d’huile adaptée à la cuisson, filet d’huile de sésame grillé (facultatif)
Le roux : 2 beaux oignons blonds, 15g gingembre (un beau dés),  2 cuil. à soupe de curry en poudre, 1 cuil. à soupe d’huile cuisson, 3 cuil. à soupe de farine (45g), 1 cuil. à soupe de concentré tomate, 1 cuil. à café de poudre de cacao maigre, 1 cuil. à café de sel marin.

1. Epluchez les pommes de terre, et lavez les carottes et navets en les brossant pour retirer la terre de leur peau. Coupez-les ainsi que le potimarron en gros morceaux d’environ 3cm de large. Versez l’huile dans une cocotte, et faites revenir tout ces ingrédients 10 minutes en mélangeant de temps à autres.

2. Pendant ce temps, lavez le poireau et coupez-le en tronçons de 3cm de large. Ajoutez au reste,  recouvrez d’eau et laissez mijoter 35 minutes.

3. Lancez le roux au curry : épluchez et émincez finement les oignons. Versez l’huile dans une casserole sur feu moyen-vif et ajoutez les oignons. Epluchez et râpez ou taillez finement pomme et gingembre, ajoutez aux oignons avec le curry, le cacao, le concentré de tomate et le sel. Mélangez, couvrez et laissez mijoter une trentaine de minutes en remuant et écrasant de temps à autre : on obtient ainsi une pâte orangée.

4. Une fois les légumes cuit, versez la farine dans le roux, mélangez et ajoutez progressivement le bouillon de légumes tout en mélangeant. Ajoutez la sauce obtenue aux légumes.

Servez bien chaud, éventuellement agrémenté d’un filet d’huile de sésame grillé, accompagné de riz.

Variante : pour une version carnée, vous pouvez remplacer le potimarron par 2 blancs de poulet.