Qu’est-ce que Hanami ?

Aujourd’hui, nous vous invitons à un petit voyage au pays du soleil levant pour participer à cet évènement que l’on appelle « Hanami ». Littéralement « regarder les fleurs », il consiste chaque année à se rassembler entre amis, entre collègues ou en famille, sous les branches fleuries des Sakura, les cerisiers japonais. C’est une tradition très ancienne qui remonterait à l’ère Heian (794-1185). Au départ, c’était les pruniers, dont la floraison est plus précoce, que l’on admirait. Mais ce serait l’Empereur Saga (786-842) qui aurait institué les cerisiers pour célébrer Hanami. 

Une météo des fleurs

Crédit photo : Julia Keil

La floraison des sakura débute tout au sud de la péninsule à la fin mars, pour finir début mai, tout au nord du côté d’Hokkaido. Pour ne pas la manquer, on suit les prévisions de l’agence météorologique du Japon qui annonce la floraison jour pour jour dans chaque grande ville du Japon.

Que fait-on pour Hanami ?

sakura mochi, copyright Agence Lucky

Aujourd’hui, fêter Hanami consiste essentiellement de pic-niquer sous les cerisiers fleuris. Il n’y a pas de nourriture instituée, toutefois il est de tradition de trinquer quelques verres. Dans les parcs, on s’installe à plusieurs sur des bâches étendues au pied des cerisiers, et l’on passe un moment ensemble à grignoter et boire. 

Pour les perfectionnistes, il existe de nombreux plats, salés comme sucrés, préparés à base de sakura : des bentos dans lequels le riz est parfumé aux fleurs de cerisiers saumurées, des onigiri (sandwich de riz) sur la même thématique, et évidement le sakura mochi. Il existe différents types de sakura mochi qui peut se présenter sous deux formes : la version de Tokyo ou celle de Kyoto. Celle de Tokyo consiste en une galette à base de riz et garnie d’anko, repliée en deux et enrobée d’une feuille de cerisier. Voyez chez Camille Oger cette recette. La version de Kyoto est un daifuku classique à l’enveloppe rosée et fourré d’anko, comme nous le proposons dans nos boutiques.

Que célèbre-t-on pendant Hanami ?

Comme le fait remarquer Camille Oger, que l’on remercie pour son excellent article sur le sujet sur son blog Le Manger, il s’agit bien davantage qu’un simple rassemblement pour le plaisir pur mais d’une tradition très respectée. En effet, peut importe qu’il gèle ou qu’il pleuve, on se rassemble sous les cerisiers fleuris tant qu’ils le sont. Philosophiquement, Hanami a été célébré par les poètes comme une métaphore de la vie humaine : belle mais brève. C’est un rappel du temps qui passe et du caractère délicat et précieux de la vie.