Comment préparer le Matcha ?

Le Matcha est cette poudre d’un vert vif qui fait couler beaucoup d’encre. Considéré comme un superaliment, il doit son succès autant à son histoire, son profil diététique, qu’à sa couleur éclatante.

Du thé à manger

Traditionnellement, on consomme le thé en l’infusant, c’est à dire en le plongeant dans une eau plus ou moins chaude. Mais le matcha est une poudre de thé que l’on mélange directement à l’eau avant de la déguster. Son goût est ainsi plus prononcé d’un thé classique, on profite par ailleurs d’autant plus de ses bienfaits. Car le matcha est extrêmement riche en antioxydants et acides aminés. Anti-âge, anti-cholestérol, détox, riche en vitamines et minéraux, il est préventif de nombreuses maladies. C’est à ce titre un « superaliment » : aussi bon pour les papilles que pour le corps !

D’un point de vue gustatif, le matcha possède une saveur végétale et iodée qui, si elle est bien dosée, vivifie et rafraîchit. Certains matcha peuvent paraître amers : cette amertume peut être liée à la qualité du matcha, ou à sa préparation. Il faut veiller notamment à le préparer avec la juste quantité et à ne pas utiliser une eau trop chaude (voir notre recette ci-dessous). Le matcha que nous commercialisons est biologique. Il convient pour un usage en pâtisserie à condition que la préparation ne chauffe pas au-delà de 80°C (crème chantilly, crème anglaise, pâtissière…). Il peut également être préparé en boisson comme dans la recette qui suit.

Le matcha est une boisson hautement énergisante et rafraichissante.

Comment le matcha est-il produit ?

Les feuilles de thé (également appelées feuille de camélia) du matcha bénéficient d’un traitement très spécifique. Quelques semaines avant la récolte, les buissons sont couverts d’un voile pour les protéger de la lumière directe du soleil. Par compensation, la plante va créer davantage de chlorophylle et d’acides aminés.

Une fois cueillies, les feuilles sont étuvées à la vapeur pour en éviter toute oxydation. Puis elles sont séchées et triées pour enlever les tiges et brindilles : on obtient du Tencha, première étape du Matcha. Enfin, le thé est moulu entre deux meules en granit. Ce processus traditionnel, préserve la couleur, la saveur, et tous les composants nutritionnels d’un Matcha de qualité supérieure.

La part sacrée du matcha

La préparation du matcha est sacrée au Japon. Elle fait l’objet d’un art auquel se sont entièrement consacrés des hommes pendant des siècles : le chanoyu, également appelé chado. Sous ses abords de simplicité, c’est un rituel d’une extrême complexité dont chaque élément décoratif, chaque ustensile, chaque geste est pensé, chorégraphié.

Loin de nous la présomption de vouloir vous en délivrer ici les secrets. La recette que suit est à ce titre une préparation simplifiée et adaptée à une consommation quotidienne. Toutefois vous pouvez lui préserver une petite part de sacré, en la réalisant en pleine conscience, c’est à dire en lui portant toute votre attention. Notre recette est sous-dosée par rapport à la plupart de celles que vous trouverez : mais c’est ainsi que nous l’aimons !

Il existe beaucoup d’ustensiles, mais seulement un est absolument essentiel : le chasen, ce fouet en bambou qui permet d’obtenir une fine mousse, caractéristique d’un bon matcha. Vous pouvez facilement vous en procurer dans les magasins spécialisés en produits japonais.

Le Matcha traditionnel a autant de force qu’un expresso italien.

Préparation du matcha

Ingrédients pour 1 bol : 1 cuillère à café de matcha, 100ml d’eau.

Ustensiles : 1 chasen (fouet en bambou dédié), 1 chawan ou bol assez profond aux bords hauts, 1 chashaku (cuillère en bambou) ou une cuillère à café.

  1. Déposez au fond du bol l’équivalent de 1 chashaku ou d’une demie cuillère à café rase de matcha.
  2. Versez lentement par-dessus 100ml d’eau à 70°C en fouettant à l’aide du chasen. Il s’agit de faire énergiquement des « W » dans le bol jusqu’à obtenir une mousse bien fine.
  3. Versez dans une tasse et dégustez sans attendre, en commençant par prendre une bouchée de daifuku mochi, puis une gorgée de matcha, et ainsi de suite.

Variante d’été : consultez notre recette de matcha glacé !